Midnight Special

Midnight SpecialTrois ans que l’on attendait le nouveau film de Jeff Nichols depuis son excellent Mud, qui avait révélé Tye Sheridan et contribué à remettre Matthew McConaughey sur le devant de la scène. Le film était reparti bredouille de Cannes mais avait durablement marqué les esprits, un an seulement après qu’il y avait présenté le tout aussi bon « Take Shelter ».

Voir la bande-annonce.

Midnight Special est présenté par Nichols comme un film-hommage aux productions Amblin, ayant bercé l’imagination de beaucoup des cinéphiles dans les années 80/90. Mais il se révèle finalement bien plus riche et complexe que cela, et c’est une excellente nouvelle. La filmographie de Nichols interroge sur les angoisses à l’idée d’être père (calquées sur les peurs réelles de Nichols), Midnight Special n’y fait pas exception et se veut comme un conte initiatique, pas tant pour l’enfant que pour les parents du jeune héros, ravisés à l’idée de laisser leur enfant grandir et prendre son autonomie loin d’eux.

Vu comme ça, on peut se demander comment science-fiction et conte familial peuvent s’imbriquer et surtout avoir une cohérence dans l’œuvre du jeune réalisateur. Mais la patte Nichols, si particulière, avec son rythme posé et ses quelques envolées de violence soudaine, s’appose d’entrée. Et si quelques twists (notamment la fin) peuvent paraître délivrés sans trop de finesse, à l’instar de Take Shelter, le film prend son temps pour répondre à des questions, en soulève certaines sans y répondre pour laisser le spectateur se faire sa propre réflexion. Cette pluie de feu tombée du ciel, est-elle un signe du Jugement Dernier comme le laisse penser cette secte sur les traces de cet enfant aux capacités surnaturelles ? Ou simplement une météorite ? 

Midnight Special

Visuellement le film ne déçoit pas.  Que ce soit dans sa mise en scène ou ses effets spéciaux, le passage de Nichols chez un grand studio (Warner Bros.) n’altère en rien ses ambitions, et les pousse même dans une nouvelle dimension lors de son final qui, si on en taira la teneur, s’avère être d’une beauté impressionnante. Beauté que l’on doit également à la composition de ses acteurs, Michael Shannon en tête, rejoint par Kirsten Dunst, effacée dans la première partie du film mais touchante en mère surprotectrice. Saluons aussi les prestations de Joel Edgerton et Adam Driver, en touche comique du film, loin de son rôle de méchant dans Star Wars – Le Réveil de la Force.

Quelques coupes n’auraient pu été de trop, car certaines scènes s’éternisent pour rien, mais si Midnight Special divisera certainement les foules et le public de Jeff Nichols, le film reste une proposition de cinéma très intéressante, à mi-chemin entre l’indépendant et le blockbuster. Tout n’est pas fait avec finesse, mais Nichols y apporte tellement de cœur que l’on finit par embarquer pour ce voyage périlleux et, contre toute attente, assez émouvant.

Un road-movie fantastique à la fois fascinant et déroutant, qui confirme définitivement le talent de Jeff Nichols.

Yeah

Midnight SpecialMidnight Special
De : Jeff Nichols
Avec : Michael Shannon, Jaeden Lieberher, Joel Edgerton...

Date de sortie : 16 mars 2016
Distributeur : Warner Bros. France

Synopsis:  Fuyant d'abord des fanatiques religieux et des forces de police, Roy, père de famille et son fils Alton, se retrouvent bientôt les proies d'une chasse à l'homme à travers tout le pays, mobilisant même les plus hautes instances du gouvernement fédéral. En fin de compte, le père risque tout pour sauver son fils et lui permettre d'accomplir son destin. Un destin qui pourrait bien changer le monde pour toujours.

joomla templatesjoomla template
2017  captain-movie.fr  globbers joomla templates