Kung-Fu Panda 3

Kung-Fu Panda 3Le nouveau film des studios d'animation Dreamworks, Kung-Fu Panda 3, s'inscrit comme l'ultime et dernier volet d'une trilogie débutée huit ans auparavant. Si les deux premiers opus centrés autour du panda Po étaient divertissants sans être remarquables, ils avaient l'intérêt de mettre en exergue les qualités et les défauts récurrents des productions Dreamworks, sorte de balance entre ses meilleures productions (How to Train your Dragon, Shrek 2) et ses plus discutables (Madagascar, Shrek 4...). Qu'en est-il de ce troisième film ? Quelle conclusion apporte-t-il sur cet univers anthropomorphe, hommage aux films d'arts martiaux ?

Voir la bande-annonce.

Dans ce nouvel opus, nous retrouvons Oogway, vieux maître tortue, confronté à son rival et ancien ami, Kai. Ce dernier revient des limbes pour conquérir la Chine et battre tous les maîtres du kung Fu. Po, de son côté rencontre enfin son père biologique. Il sera aidé de tout un village de pandas pour vaincre le maléfique Kai. Cette fois-ci notre panda à la langue bien pendue ne devra plus seulement apprendre le kung fu (premier volet), gérer sa paix intérieure (deuxième volet), il devra dépasser son maître Shifu (vieillissant) pour enseigner lui-même et confirmer une bonne fois pour toute qu'il est bien LE maître Guerrier-Dragon.

Kung-Fu Panda 3 est un film synthétique qui rassemble les thématiques et les enjeux des deux précédents opus sans jamais proposer véritablement une idée nouvelle et originale. Si le premier film enchaînait gags et action au point d'en faire un récit sans réelle émotion et sans grande subtilité, le second au contraire se montrait plus grave et plus élaboré. Il revenait plus en détail sur les origines de Po et s'intéressait à sa relation avec les personnages secondaires, notamment avec les Cinq Cyclones. En revanche, il souffrait déjà d'une certaine redondance, revenant sur les mêmes problématiques que le premier film, à savoir la recherche et la compréhension de soi passant par le besoin de se (re)construire une famille. Le troisième film est un mélange plus pondéré d'humour et d'émotion, même si les gags restent le principal leitmotiv du film. Sa principale faiblesse réside donc dans son scénario peu inventif, voire ultra prévisible et cousu de fils blancs. Il faudrait presque avoir oublié les précédents opus ou être un véritable fan de Kung-Fu Panda et aimer la surenchère, pour ne pas ressentir à l'excès ce voyage initiatique.

Kung-Fu Panda 3Plus que dans toute autre oeuvre des studios Dreamworks, nous retrouvons tout au long du film cet humour « cool » de "d'jeunes", un peu potache à certains moment (comme le « blablabla » de Po devant le méchant Kai pour l'empêcher de prendre la parole). Mais dans sa globalité les dérisions fonctionnent et créent un paradoxe avec l'univers traditionnel, ancestral du kung fu. Ce troisième opus a le mérite d'être un film rafraîchissant et divertissant malgré tout, qui met de bonne humeur. Comme à l'habitude, dès le départ les animateurs s'amusent à détourner le logo Dreamworks, avec un panda qui tente de monter sur la lune : le ton est donné. Le parti pris de cette ambiance décalée et humoristique est distillée partout dans le film, même à des séquences qui devraient être touchantes, notamment dans la rencontre entre Po et Li son père. Finalement ça fonctionne, car le spectateur est pris à contre-courant, pas de larmes mais des rires assumés par les créateurs du film. En revanche, un peu plus tard, quand les événements deviennent un peu plus graves et dramatiques, la relation entre Po et son père s'approfondit avec des séquences plus graves qui rappellent le second opus (avec les mêmes passages en 2D - très bonne idée artistique de Kung-Fu Panda 2 - pour représenter les rêves et les souvenirs de Po).

Les nouveaux personnages sont tous assez attachants, les scénaristes prennent le temps d'esquisser le quotidien et la vie dans la communauté des pandas, le décor est magnifique, les bébés sont adorables. Il faut d'ailleurs saluer le travail visuel des animateurs ; il suffit de revoir les deux premiers films pour constater que Kung-Fu Panda 3 a beaucoup évolué techniquement, pour en arriver à un graphisme irréprochable, jusque dans la lumière très recherchée et pertinente. Dommage que le fond ne suive pas, il faut pointer du doigt toutes les facilités de scénario et en particulier l'apparition de ce méchant, qui n'a de charismatique que la voix que lui prête J.K. Simmons. Dépourvu de toute psychologie, ce personnage est simplement méchant, sorti des limbes après des décennies à errer en attendant que Kung-Fu Panda 3 sorte en salle, histoire d'avoir un méchant du niveau de Oogway pour avoir l'air un peu balaise. Il faut admettre que le Seigneur Shen dans le 2 était beaucoup plus pertinent, plus classe et avait un vrai lien avec le héros (et donc avec l'histoire instituée depuis le départ dans la trilogie Kung-Fu Panda). Quant aux coéquipiers de Po, les Cinq Cyclones, inutile d'espérer les voir longtemps dans le film, aucun ne se montre à la hauteur pour se défendre plus d'une minute à l'écran contre le méchant un peu balaise, c'est assez frustrant. 

Kung-Fu Panda 3En revanche, les combats sont vraiment agréables et plus aboutis que jamais. Seulement, rien de nouveau dans l'esthétique, qui reprend celle du premier film lors de l'entraînement de Po, avec ses nombreux split-screen démultipliés à l'écran. Mais ce troisième film donne le sentiment d'une forme plus maîtrisée qu'avant, jusque dans le combat final, avec un Po transcendé en guerrier dragon, magnifique, sorte de San Goku transfiguré en super sayen, invincible, arrivé au bout de sa quête initiatique (il aura fallu trois films pour ça, la conclusion méritait cette scène d'apothéose dans des limbes dorées, traversées par une lumière surnaturelle et des décors abstraits, sublime). Enfin, notons qu'un film d'animation a rarement porté autant de noms prestigieux parmi les comédiens américains qui prêtent leur voix aux personnages. J.K. Simmons (empereur Kai) et Bryan Cranston (Li, père de Po) viennent s'ajouter à une liste déjà incroyable, notamment Jack Black (Po), Dustin Hoffman (maître Shifu), Angelina Jolie (Tigresse), Lucy Liu (Vipère), Jackie Chan (Singe), Seth Rogen (Mante)... Même si la VF de Kung-Fu Panda est travaillée et très correcte, le film vaut la peine pour sa version originale, unique. A noter également la très belle bande originale signée Hans Zimmer et Lorne Balfe (et non plus John Powell), notamment avec les thèmes du Guerrier-Dragon et du méchant Kai (à défaut d'être un personnage intéressant, son thème mérite toute l'attention).

Si la conclusion de Kung-Fu Panda 3 c'est cette capacité à se surpasser soi-même et ne pas se limiter à ses capacités actuelles, il aurait certes fallu que la morale s'applique avant tout au scénario du film. Dénué de véritable psychologie, le film reste un bon divertissement qui mêle prouesses techniques et gags efficaces. Synthèse redondante de ses précédents précédents volets, il est légitime de s'interroger sur le choix d'une trilogie pour Kung-Fu Panda, tant le scénario des trois films pouvait tenir sur un seul (voire deux pour ne pas être mauvaise langue). Le film est assez décevant au regard de ses autres opus parce qu'il ne propose rien d'original, sorte de surenchère qui souligne le manque d'imagination et de créativité du studio Dreamworks. Il est dommage d'avoir étiré Kung-Fu Panda sur trois opus et éparpillé les bonnes idées à droite à gauche ; la fusion en un seul film aurait pu produire une oeuvre d'une richesse folle, aussi bien visuellement que dans son récit.

Un troisième film divertissant mais qui ne se démarque en rien des productions animées précédentes et qui laissera peu de souvenirs à l'échelle du temps. « Skadoosh » !

Meh

Kung Fu Panda 3Affiche Kung-Fu Panda 3
De : Jennifer Yuh, Alessandro Carloni 
Avec les voix (VO) de : Jack Black, Angelina Jolie, J.K. Simmons...

Date de sortie : 6 avril 2016
Distributeur : Twentieth Century Fox France

Synopsis: Po avait toujours cru son père panda disparu, mais le voilà qui réapparaît ! Enfin réunis, père et fils vont voyager jusqu’au village secret des pandas. Ils y feront la connaissance de certains de leurs semblables, tous plus déjantés les uns que les autres. Mais lorsque le maléfique Kaï décide de s’attaquer aux plus grands maîtres du kung-fu à travers toute la Chine, Po va devoir réussir l’impossible : transformer une horde de pandas maladroits et rigolards en experts des arts martiaux, les redoutables Kung Fu Pandas !

joomla templatesjoomla template
2017  captain-movie.fr  globbers joomla templates