Toy Story

Toy Story 1Premier long-métrage de l'histoire du cinéma entièrement réalisé en images de synthèse, la sortie en 1995 de Toy Story marque une révolution dans le domaine de l'animation. L'instigateur de ce projet faramineux n'est autre que l'animateur John Lasseter, alors passionné par les nouvelles technologies depuis son travail sur Tron (1982) aux studios Disney. Au sein d'une société nouvellement rebaptisée Pixar Animation Studios, il réalise entre 1986 et 1989 des courts-métrages saisissants, notamment Tin Toy (1988), qui mène à la création de Toy Story. Pixar et Disney s'associent dès 1991 pour produire le long-métrage qui connaîtra un succès mondial, aussi bien critique que public et qui ira même jusqu'à stimuler d'autres studios comme Dreamworks ou encore Blue Sky

Voir la bande-annonce du film.

Couronné d'un oscar d'honneur en 1996, le véritable tour de force de Toy Story réside dans la qualité de son scénario (signé par des noms comme Joel Coen ou encore Joss Whedon) et cette capacité à voir au-delà de la technologie. John Lasseter en a conscience, les procédés évoluent, son film pourrait très vite être dépassé s'il mise tout sur la technique, à l'instar de Tron. Pixar prend à revers la tradition ancrée chez Disney ; c'est un studio qui vient tout juste de voir le jour, il doit se distinguer nettement de ce ses prédecesseurs, ne plus seulement toucher les enfants mais tous les âges. La révolution doit être à la fois formelle et sémantique, les deux étant indissociables. Chez Pixar, le scénario est guidé par deux leitmotivs : l'émotion créée par ses personnages et l'univers crédible dans lequel ils évoluent. L'ordinateur reste uniquement un moyen de mettre en avant son scénario.

Toy Story 1 Alien Claw grappin

A l'instar du code Hays (code de censure sur les films hollywoodiens des années 30 à 50), c'est souvent dans la contrainte que naissent les plus belles idées pour contourner les difficultés. Or dans les années 90, la représentation humaine et animale est encore trop complexe à rendre par ordinateur. John Lasseter conçoit alors l'idée géniale de placer le spectateur à l'échelle de jouets, avec des protagonistes en plastique. Les humains sont très peu esquissés, cadrés pour la plupart du temps à hauteur de pieds, à l'image des chiens dans La Belle et le Clochard. Le film est centré sur des jouets qui prennent vie dès que le jeune Andy quitte sa chambre. Il s'agit d'une véritable communauté menée par la marionnette préférée du garçon, le cow-boy Woody. Seulement, leur quotidien va être bousculé par l'arrivée d'un nouveau jouet, le ranger de l'espace Buzz L'Eclair. Il supplante ainsi la place de Woody ce qui va engendrer de nombreux conflits et péripéties.

Le duo Woody et Buzz incarnent deux personnalités diamétralement opposées ; le premier reflète la tradition, le personnage réfléchi et sensé tandis que le second est un jouet ultra-moderne, instinctif allant jusqu'à croire qu'il est réellement un cosmonaute. De ces personnalités contraires et extrêmement bien développées, vont naître des situations à la fois drôles, dramatiques et touchantes qui vont amener les protagonistes à s'unir et à mûrir. Car c'est bien l'idée centrale qui régie toute la saga Toy Story, à savoir que chaque protagoniste doit apprendre à grandir et évoluer – souvent bien malgré eux - à l'aide d'autres personnages. Aussi, ce n'est pas seulement le petit garçon Andy qui a besoin de ses jouets pour s'épanouir, les jouets eux-mêmes ont besoin des uns des autres dans leur petite communauté pour s'affirmer.

Pixar invente un nouveau style d'écriture qui tire jusqu'à la référence (voir par exemple la citation à des films célèbres comme Star Wars ou Indiana Jones). Véritable vitrine publicitaire, le studio va jusqu'à placer des jouets et des produits existants de notre réalité dans le film et mérite plusieurs visionnages pour appréhender toute la richesse des détails. Mais surtout, l'audace de John Lasseter et son équipe va beaucoup plus loin puisqu'ils n'hésitent pas à malmener ses héros. Adieu gentilles princesses, dans Toy Story le personnage principal Woody est pourvu de sentiments négatifs, il est jaloux et cause consciemment du tort à son rival Buzz. Toute la complexité demeure dans le fait de rendre appréciable pour le spectateur un personnage au comportement répréhensible ; savoir trouver l'équilibre entre les bons et mauvais côtés de chaque personnage (ici pas de manichéisme !).

Toy Story 1Les répliques, quant à elles, sont un régal, certaines sont devenues cultes, notamment le génial « Vers l'infini et au-delà ». Qu'il s'agisse de la version française ou originale, les voix sont parfaites. Comment ne pas rire devant la voix fluette de Rex le dinosaure ? D'emblée elle nous positionne sur le caractère peureux et gauche du t-rex. De même, difficile d'imaginer d'autres voix que celles de Tom Hanks et Tim Allen dans la version originale pour incarner nos deux héros, tant elle leur sied naturellement (il faut reconnaître que les voix françaises de Jean-Philippe Puymartin et Richard Darbois sont excellentes elles aussi et ne dénaturent en rien la version originale). A noter d'ailleurs la perfection de l'animation qui va jusqu'à rendre d'une fidélité incroyable le labial des protagonistes.

Toy Story, le premier long-métrage des studios Pixar, c'est donc non seulement une prouesse technique, qui marque un tournant dans l'histoire de l'animation - à l'image des effets spéciaux de Terminator 2 (1991) et Jurassic Park (1993) – mais surtout une manière d'appréhender le scénario à rebours des productions Disney précédentes. Tout juste 20 ans après sa sortie en salles, joie est de constater que le film résiste au temps, marqué notamment par des suites réussies qui en fait une saga aboutie et unique. Certes les technologies ont bien évolué grâce à des machines de plus en plus puissantes et la 3D peut paraître un peu désuète aujourd'hui ; il n'empêche que le plaisir devant Toy Story reste le même, si ce n'est plus intense encore avec son statut élevé au rang de film culte au fil des années. Force est de constater que l'approche réaliste et sophistiquée du cinéma d'animation par l'image de synthèse produit des oeuvres aussi incroyables et insondables que dans le dessin animé traditionnel. Prélude à une suite de succès parmi lesquels Monstres et Cie (2001), Là-Haut (2009), Vice-Versa (2015) - pour n'en citer que quelques uns – Toy Story n'en reste pas moins une oeuvre particulière et distincte pour toute une génération. Sorte de madeleine proustienne dans laquelle une partie de notre enfance reste ancrée et rattachée par la force indicible de ces images, dialogues et personnages enchanteurs.

Un monument unique qui mérite sa place parmi les plus belles et importantes oeuvres cinématographiques de tous les temps.

Yeah

Batman V SupermanToy Story
De : John Lasseter 
Avec les voix (VO) : Tim Allen, Tom Hanks, Don Rickles...

Date de sortie : 27 mars 1996
Distributeur : Walt Disney Studios Motion Pictures France

Synopsis: Quand le jeune Andy quitte sa chambre, ses jouets se mettent à mener leur propre vie sous la houlette de son pantin préféré, Woody le cow-boy. Andy ignore également que chaque anniversaire est une source d'angoisse pour ses jouets qui paniquent à l'idée d'être supplantés par un nouveau venu. Ce qui arrive quand Buzz l'éclair est offert à Andy. Cet intrépide aventurier de l'espace, venu d'une lointaine galaxie, va semer la zizanie dans ce petit monde et vivre avec Woody d'innombrables aventures aussi dangereuses que palpitantes.

joomla templatesjoomla template
2017  captain-movie.fr  globbers joomla templates